Menu

Autotest cannabis

Ce test simple et fiable détecte le THC dans l’urine jusqu’à 4 semaines après utilisation.

20,00

Content:

incl. VAT excl. shipping costs

Free shipping

Ready for shipment, delivery in 1-3 days

Payment methods payment methods we accept

Qu’est-ce que l’autotest cannabis ?

Le test détecte le tétrahydrocannabinol (THC), le principe actif du cannabis (herbe, hashish). Ce test très fiable est capable de détecter le THC dans l’urine jusqu’à 4 semaines après l’utilisation de cannabis. L’utilisation régulière de cannabis peut provoquer l’angoisse, la dépression, des troubles de la coordination, du délire, des hallucinations et une accélération du rythme cardiaque.

Pour qui est l’autotest cannabis ?

Les tests de dépistage de drogues, comme l’autotest cannabis, sont de plus en plus utilisés. Les entreprises utilisent parfois ces tests lors des recrutements. La justice et la police utilisent également ces tests pour dépister l’utilisation de drogues. De plus, grâce à cet autotest, toute personne peut contrôler s’il reste encore du THC détectable dans son corps.

Comment fonctionne l’autotest cannabis ?

Un échantillon d’urine permet de tester si du THC est présent dans l’urine. La marijuana est une drogue hallucinogène tirée du chanvre (Cannabis sativa). Ce test est facile à utiliser, fiable et rapide. Sa sensibilité permet même de dépister une utilisation très faible de cannabis. Ce test est aussi utilisé par des institutions et laboratoires renommés.

Pourquoi devrais-je faire l’autotest cannabis ?

L’abus de cannabis diminue l’activité du système immunitaire et il augmente les risques de maladies cardiovasculaires et d’infections. L’utilisation de cannabis peut aggraver l’asthme et augmenter les risques de cancer du poumon et cancer de la gorge. De plus, l’utilisation de cannabis peut augmenter les risques de schizophrénie, psychose, troubles bipolaires, anxiété et dépression.
L’abus de marijuana peut avoir des conséquences graves et cet autotest permet d’éviter l’abus.

Qu’est-ce que la marijuana ?
La marijuana désigne les feuilles, fleurs, tiges et graines séchées de la plante Cannabis sativa ou Cannabis indica. La plante contient la substance psychoactive THC et d’autres substances apparentées. La plante de cannabis peut également être utilisée sous forme d’extrait.

Comment la marijuana est-elle utilisée ?
Les gens fument de la marijuana dans une cigarette (joint), pipe, pipe à eau, bang, ou encore dans un cigare partiellement ou entièrement rempli de cannabis. Pour éviter l’inhalation de fumée, certaines personnes utilisent un vaporisateur. Cet appareil tire les ingrédients actifs (y compris le THC) du cannabis et les stocke sous forme de vapeur. La personne inhale ensuite de la vapeur, mais pas de fumée. Certains vaporisateurs utilisent un extrait liquide de cannabis.

On peut aussi mélanger le cannabis à des aliments, comme des brownies, biscuits ou bonbons, ou le boire sous forme de thé. Le cannabis peut également être fumé ou mangé sous forme de résine riche en THC.

Quel est l’effet de la marijuana sur le cerveau ?
La marijuana a des effets à court terme et à long terme sur le cerveau.

Effets à court terme
Lorsque quelqu’un fume du cannabis, le THC passe rapidement des poumons au sang. Le sang transporte le THC vers le cerveau et les autres organes dans tout le corps. Le corps absorbe le THC plus lentement si la personne le mange ou le boit, auquel cas les effets arrivent en 30 minutes à une heure.

Le THC agit sur des récepteurs cérébraux qui réagissent normalement à des substances naturelles analogues au THC. Ces substances chimiques naturelles jouent un rôle dans le développement et la fonction du cerveau.

Le cannabis suractive les parties du cerveau qui ont le plus de ces récepteurs. Cela provoque la sensation de « high » que les gens ressentent. D’autres effets sont par exemple :

  • Changement des sens (couleurs plus vives par exemple)
  • Changement de la notion du temps
  • Changement de l’humeur
  • Moins d’activité physique
  • Difficulté à réfléchir et à résoudre les problèmes
  • Diminution de la mémoire
  • Hallucinations (en cas d’utilisation à forte dose)
  • Délire (en cas d’utilisation à forte dose)
  • Psychose (en cas d’utilisation à forte dose)

Effets à long terme
Le cannabis influe aussi sur le développement du cerveau. Quand les adolescents commencent à utiliser du cannabis, ce dernier peut entraver les fonctions cognitives (réflexion, mémoire et apprentissage) et affecter la manière dont le cerveau crée des liaisons entre les parties nécessaires à ces fonctions. Les chercheurs étudient toujours la durée des effets du cannabis et la possibilité que ces effets soient permanents.

Une étude réalisée chez des Néo-zélandais, en partie par des chercheurs de l’Université de Duke, démontre que les personnes ayant fumé du cannabis de manière intensive pendant leur adolescence avaient pardu 8 points de QI entre leurs 13 ans et leurs 38 ans. Même chez les personnes ayant arrêté de fumer du cannabis, les capacités intellectuelles ne revenaient pas entièrement à l’âge adulte. Les personnes ayant commencé à fumer du cannabis à l’âge adulte n’ont pas indiqué de changement notable de QI.

Effets physiques

  • Problèmes de respiration. La fumée de cannabis irrite les poumons et les personnes fumant souvent du cannabis peuvent avoir les mêmes problèmes respiratoires que les personnes fumant du tabac. Ces problèmes peuvent par exemple se manifester par une toux quotidienne et un risque accru d’infection pulmonaire. Les chercheurs, à ce jour, n’ont pas trouvé de risque de cancer du poumon plus élevé chez les personnes fumant de la marijuana.
  • Rythme cardiaque accru. Le cannabis augmente le rythme cardiaque jusqu’à 3 heures après avoir fumé, ce qui augmente les risques de crise cardiaque. Les personnes âgées et les personnes ayant des troubles cardiaques ont un risque accru.
  • Problèmes de développement de l’enfant pendant et après la grossesse. Une étude a montré qu’environ 20% des femmes enceintes de 24 ans ou plus avaient un test positif au cannabis. D’ailleurs, cette étude a permis de constater que les tests de dépistage du cannabis indiquaient l’utilisation de cannabis chez deux fois plus de femmes que celles avouant elles-mêmes leur utilisation de cannabis. Donc, en ce qui concerne l’utilisation de cannabis chez les femmes enceintes, les données autorapportées ne sont pas fiables. L’utilisation de marijuana pendant la grossesse est associée à un poids de naissance plus faible et un risque accru de troubles cérébraux et comportementaux chez les bébés. Si une femme enceinte utilise du cannabis, le THC peut influencer certaines parties du cerveau du fœtus. Les enfants ayant été exposés au cannabis pendant la grossesse ont ensuite un risque accru de troubles de l’attention.
  • Nausées et vomissements. L’utilisation régulière de cannabis sur le long terme peut éventuellement mener au syndrome d’hyperémèse cannabinoïque. Les utilisateurs sont alors confrontés à des cycles réguliers de nausées et vomissements, pouvant eux-mêmes mener à la déshydratation et à la nécessité urgente de soins médicaux.

Effets mentaux
L’utilisation de cannabis sur le long terme peut parfois mener à des troubles psychiques comme :

  • Hallucinations temporaires
  • Paranoïa temporaire
  • Aggravation des symptômes chez les patients souffrant de schizophrénie, une maladie mentale grave avec des symptômes comprenant hallucinations, paranoïa et difficultés à réfléchir.
  • L’utilisation de cannabis est liée à d’autres troubles psychiques, comme la dépression, l’anxiété et les pensées suicidaires chez les adolescents. Cependant, les résultats des recherches à ce sujet sont mitigés.

Reviews

There are no reviews yet.

Be the first to review “Autotest cannabis”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *